Si la Première Guerre mondiale a duré aussi longtemps, c'est
à cause de cette bataille menée en août 1914 en Lorraine et dans
l'Ardenne belge, et qu'on appelle la bataille des Frontières. Et
pourtant, personne, ou presque, ne la connaît. Elle est la plus
grande victoire de l'armée allemande de tout le conflit car ses
conséquences économiques sont énormes: l'Allemagne met la main
sur le riche bassin minier lorrain sans lequel elle n'aurait pu
tenir quatre années. Elle est aussi l'échec de la première offensive
française, celle conçue par Joffre et menée par des centaines de
milliers de pantalons rouges. Enfin, cette confrontation est un
bain de sang. Le choc principal, qui se déroule le 22 août 1914,
tue plus de soldats français qu'aucune autre journée de l'histoire
nationale. En quelques heures, c'est l'équivalent des pertes de toute la guerre d'Algérie, pendant huit ans ! Dans la seule bataille de Rossignol sont tombés autant de soldats français que lors du siège de Dien Bien Phu, qui a pourtant duré plusieurs mois.

Cinq années ont été nécessaires à son auteur pour en étudier le déroulement, récuser bon nombre d'idées reçues sur la manière dont la France et ses soldats sont entrés dans la guerre 1914-1918.
Il s'agit bien d'un ouvrage capital qui, en vue du centenaire de la Grande Guerre, exhume du néant une page majeure de l'histoire nationale et européenne.

Jean-Claude Delhez, journaliste, historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale, a particulièrement axé ses recherches sur l'année 1914. Ses travaux concernent surtout les armées française, allemande et belge. Pour mener à bien son projet, il a dépouillé des centaines de documents d'archives dont certains n'avaient jamais été ouverts.
51FccUJnFL._.jpg
RETOUR
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com