nancy

Avec la Place d’Alliance, et la Carrière, la Place Stanislas, ancienne Place Royale, constitue à Nancy le fleuron de l'ensemble architectural du siècle des Lumières.
Pour ériger cette place selon la volonté du duc de Lorraine Stanislas dictée en 1751, l’architecte Héré s'est inspiré de l'hôtel de Craon (sur la Carrière) et du Louvre de Boffrand. On remarque la belle ordonnance et l’harmonie de l’ensemble des bâtiments en pierre d'Euville, fontaines et grilles où se mêlent les styles Louis XV pour la décoration et le style Louis XIV plus sévère et uniforme, sans rocaille, hérité de Boffrand, pour les bâtiments.
D’abord Place Royale à la gloire du roi de France, le gendre de Stanislas, elle change de nom à la Révolution ( Place du Peuple) puis sous Napoléon ( Place Napoléon) puis  sous la Restauration (Place Royale) avant de devenir depuis 1831 Place Stanislas…..la « Place Stan » chère aux Nancéiens.
Elle est construite entre 1751 et 1755 sur l’esplanade restée globalement libre entre la Vieille- Ville et la Ville- Neuve de Charles III ; la construction de l’ensemble tient compte des obligations imposées par le roi de France quant à la nécessité de conserver les remparts de la Ville-Vieille, le bastion d’Haussonville (qui sera en partie détruit pourtant) et celui de Vaudémont et aussi par l‘existence de la Porte Royale à la sortie de la Ville-Vieille.
Les architectes et autres artistes intervenant sont issus de l’école de Germain Boffrand, l’architecte du duc Léopold  Emmanuel Héré (architecture), Jean Lamour (ferronneries), Barthélémy Guibal (fontaines), les Mique, …
L'ancienne statue de Louis XV démolie à la révolution a été remplacée en 1831 par celle de Stanislas (par le sculpteur Georges Jacquot).
Un réaménagement de la place a été réalisé en 2005 à l'occasion du 250ème anniversaire de celle-ci  (nouveaux pavés, diagonales, ...) afin de restituer son aspect original.

Les pavillons de la place sont les suivants :
-  l'hôtel- de- ville qui fait pendant au Palais du Gouvernement (à l'emplacement du Louvre de Boffrand);
-  le pavillon  Jacquet entre la rue Stanislas et la rue Gambetta;
-  entre la fontaine de Neptune et la rue Stanislas, le pavillon du musée des Beaux- Arts anciennement  Collège de médecine (Cercle militaire) auquel était adossé au départ le théâtre municipal.
- le théâtre, Opéra National de Lorraine, ancien hôtel des Fermes et évêché, entre la fontaine d’Amphitrite et la rue Sainte-Catherine ;
- le Grand- Hôtel, anciennement pavillon Alliot, entre la rue Sainte-Catherine et la rue Lyautey (anciennement rue d’Alliance).
- en face de l’Hôtel de Ville, les petits pavillons à l’italienne que sépare la rue Héré, anciennement rue du Passage ; ils ouvrent la perspective vers la Carrière et ont été construits devant les anciens fossés de la Ville-Vieille. Les mansardes ont été ajoutées ultérieurement.

ce site a été créé sur www.quomodo.com