samedi 3 juin Longuyon - Champlon 107 km

Samedi 3 Juin

Nous avions rendez-vous devant la mairie à 8h30 pour le grand départ, d'une durée de trois jours avec nos sacs à dos. Les présents : Jean Marc, Ghislain, Valentin et moi-même (Benjamin). Nous n'étions que quatre au départ, tout d'abord parce que nous devions récupérer Armand et Guillaume en cours de route, qui attendaient à Fresnois et aussi parce que, Éric, ne participait pas à ce voyage malgré sa volonté. En effet il s'est fait une entorse une semaine avant de partir, si cela n'est pas de la malchance …. Après une photo de groupe, nous prenons la route ! A peine sortis de Longuyon, nous constatons déjà une difficulté supplémentaire : nos sacs à dos. Effectivement, même si la difficulté n'est pas beaucoup plus grande, le fait d'avoir un sac à dos modifie nos performances par rapport à nos capacités. Nous arriverons à Fresnois avec un petit peu de retard vers 9h15 au lieu de 9h. Les copains de Fresnois nous attendaient. Au moment de partir, Christel, la mère de Guillaume, nous proposa un café et/ou un jus d'orange pour le petit déjeuner, que nous accepterons avec grand plaisir. Puis nous nous mîmes en route pour laventure! 

Nous passons la frontière après Tellancourt, à nous la Belgique ! Nous roulerons tranquillement, sous un magnifique soleil, une température assez élevée et au milieu de paysages très verdoyants. Vers midi, la faim commença à se faire ressentir, d'autant plus que rouler sous une forte chaleur avec un gros sac sur le dos n'est pas une tâche si simple. Et de nombreuses côtes sont présentes et vont encore se manifester ! Nous ferons notre pause casse-croûte à Neufchâteau près de l'Athénée ( lycée en Belgique ). Sur le même lieu nous ferons tamponner notre brevet de voyage itinérant qui consiste à parcourir plus de 250km sur trois jours sans voiture suiveuse ! Après avoir repris des forces, (et en quantité !), nous repartons vers Champlon, ville de Belgique où notre auberge était située. 

Une trentaine de kilomètres plus tard nous ferons une légère pause à Lavacherie, où nous vérifierons si nous suivons le bon chemin. Mais une fois sortis de Lavacherie, plus très loin de Roumont, nous nous rendons compte que nous nous sommes trompés de chemin ! Mais ce n'est pas grave ! Nous regardons comment rattraper la bonne route à l'aide de la carte et demandons des renseignements à des villageois. Nous réussissons à retrouver notre chemin ! Mais, 4km avant Champlon, nous devons passer par un chemin qui n'est pas praticable à vélo. Ce n'est donc pas à vélo, mais à côté du vélo que nous emprunterons ce chemin qui en plus, est une grande côte, près de 10% au maximum. Ceci pendant pas tout à fait un kilomètre. Nous finirons par arriver à Champlon avec du mérite après tout ce que nous avons parcouru. De plus certaines personnes sont d'autant plus méritantes car celles-ci auront parcouru leurs premières cent bornes et d'autres, auront fait leur premier voyage itinérant. Nous visiterons l'auberge à notre arrivée. 

Bilan positif pour celle-ci, avec une chambre plutôt convenable pour nos besoins. Au repas le soir, nous mangerons : soupe en entrée, barbecue avec des crudités, et tiramisu en dessert. Nous irons dans la soirée nous coucher avec grande impatience !

(cliquer sur la photo)


dimanche 4 juin champlon-bouillon 75 km

Dimanche 4 Juin

Réveil difficile pour certains ! Surtout pour Ghislain et Jean Marc qui avaient mal dormi. En effet, Ghislain a malheureusement bu un café de trop la veille et Jean Marc n'a pas pu supporter des grincements de lit ; puisque les lits de la chambre étant superposés, un jeune avait remarqué la veille que son lit grinçait, mais a quand même dormi dessus. Or, cet individu dont je ne citerai pas le nom, n'a cessé de bouger toute la nuit dans son sommeil, provoquant des grincements tout au long de la nuit empêchant donc certains de dormir tranquillement... Mais bon, il était l'heure du petit déjeuner ! 

7h30 : Nous descendons prendre notre petit déjeuner. Une multitude de choses nous étaient proposées ; charcuterie, pain, brioche, confiture, pâte a tartiner, café, chocolat chaud, jus d'orange, etc. De quoi se mettre en forme après un réveil difficile pour une autre grande sortie ! 

Après avoir pris des forces, nous demandons à l'aubergiste les piques-niques que nous avions commandés. Et là, surprise ! C'est nous qui devions les préparer avec tous les ingrédients qui nous étaient proposés. Un avantage ! Car nous pouvions ainsi choisir ce que nous voulions. Repas proposé : deux sandwichs avec au choix du pâté, du jambon fumé, du jambon blanc, des tomates, de la salade, du fromage, une bouteille d'eau, une brique de jus de fruits, une gaufre au chocolat, des gâteaux petits Lu, un petit gâteau à base de guimauve. Un pique-nique complet ! 

Mais résultat, nous repartons avec des sacs plus lourds que la veille. Nous démarrons notre deuxième journée, cette fois-ci en direction de Bouillon. Nous poserons vite pied à terre sur le chemin. En effet, nous devions au départ revenir sur nos pas sur quelques km, et donc emprunter le petit chemin non praticable à vélo. Puis nous prenons une route différente à Lavacherie, pour cette fois nous prendrons la bonne route, en direction de Saint Hubert. Tampon pour le VI dans cette ville, chez un vélociste fort sympathique ouvert le dimanche matin ! Passé Saint Hubert, une longue descente de 4km environ nous attendait. De quoi récupérer des forces ! Nous nous arrêterons quelques kilomètres plus tard juste après Smuid un petit village après Saint Hubert. Nous attendions ce moment avec impatience car la faim se ressentait. Après une heure de pause, nous reprenons notre route. Dans laprès-midi, nous ferons une petite bifurcation pour aller voir la station de poursuite de satellites de lAgence Spatiale Européenne située près de Redu. Cest assez impressionnant ! Puis nous continuons notre chemin sur une trentaine de kilomètres avec entre autres une côte difficile à 10% après Lesse. Normal, nous sommes dans le massif ardennais ! Puis nous forçons un peu lallure car de gros nuages menacent.

Nous arriverons vers 16h30 sans pluie à lauberge de jeunesse une bonne demi-heure avant son ouverture. Nous patienterons dehors en admirant lincroyable vue que nous avions sur la ville de Bouillon et son château. Une fois louverture, nous nous adressons à laccueil afin de récupérer les clés de notre chambre dans laquelle nous nous dirigerons par la suite. Première sensation en ouvrant la porte de celle-ci, chambre véritablement grande et spacieuse. La chambre pouvait accueillir 10 personnes alors que nous nétions que 6. Et là, pas de lit grinçant

Nous prendrons ensuite à tour de rôle notre douche. Mais là, inconvénient, il ny a quune douche par étage ! Nous taxeronsles salles de bain des autres étages pour aller plus vite.

Puis nous irons manger. Beaucoup de monde dans la salle à manger. Au repas : crudités en entrée ; riz cantonnais, rôti, croquettes de pommes de terre, carottes ; gâteau aux pommes en dessert. Puis nous irons nous coucher dans la soirée, car la fatigue nous rattrapait !

lundi 5 juin bouillon longuyon 85 km

Lundi 5 Juin

 

Réveil plus facile que la veille, d’autant plus qu’il n’y a pas eu de grincement de lit... Mais, un autre inconvénient cette fois-ci, le voisinage ! En effet, un couple claquait les portes, se disputait, parlait fort , leur enfant pleurait, tout cela jusque tard le soir. Mais nous avons mieux dormi que la veille.

Nous descendons prendre le petit déjeuner à 9h. Celui-ci était semblable à celui de la veille en terme de quantité et de variétés.

Nous préparerons là aussi nos pique-nique par nous-même. Les ingrédients proposés étaient presque identiques à la veille à peu de choses près.

 

Un peu plus tard dans la matinée, il fallut partir ! Alors après une photo de groupe, nous passons dans le centre même de Bouillon. Le village est superbe : les quais sur les bords de la Semois, le vieux château... Mais maintenant il faut passer aux choses sérieuses, en effet, une côte d’environ 2kilomètres avec une moyenne de 10-12% nous attendait. Ce n’était pas de la rigolade. Chacun est monté à son rythme, d’autres même l’ont terminée à pieds. Il n’y a pas de honte à cela ! Arrivés en haut, nous étions tous soulagés ! Et la frontière française était à cet endroit. Nous continuerons notre route à un rythme régulier, dans un paysage vallonné un peu comme chez nous.

Près de Messincourt, nous nous arrêterons chez un ami de travail de Jean Marc, où nous boirons un apéro (sans alcool pour les jeunes).

Nous parcourons par la suite quelques kilomètres avant de faire notre arrêt pique-nique à Les Deux-Villes.

Puis nous repartirons en direction de Puilly-et-Charbeaux, de quoi rappeler des souvenirs pour certains, puisqu’il s’agit d’un village dans lequel on a eu l’occasion d’aller lors d’un séjour en 2015.

 

Nous prendrons ensuite la direction de Margut, encore un village où nous avons eu l’occasion de passer. Et les souvenirs en sont encore plus forts, puisqu’il s’agit d’un parcours encore réalisé pendant un voyage, mais celui-ci avait une difficulté nettement supérieure, car nous avions monté deux côtes assez complexes en direction du fort de La Ferté d'un côté, ou de Saint Walfroy de l'autre. Heureusement, nous ne les emprunterons pas aujourd’hui.

Problème à Margut, un participant (Guillaume) se rend compte que son câble permettant le changement de ses vitesses est cassé ! Malheureusement, nous ne pourrons rien faire pour réparer ça. Il va devoir continuer sur le plus petit pignon jusqu’à Longuyon.

Dernier pointage pour le VI chez le restaurateur de Margut, fort sympathique et bavard...

Nous contacterons dans le même village Christian pour le prévenir de notre avancée dans le parcours, car il doit nous rejoindre en sens inverse. De même, Guillaume préviendra sa maman car elle aussi nous rejoindra en sens inverse mais un peu plus tard.

 

C’est à Chauvency-le-Château que Christian nous aura rejoints ! Nous continuerons notre route en direction de Montmédy. Nous rentrerons par une route nous étant très familière, celle de Velosnes-Charency-Colmey-Longuyon. C’est aussi sur cette route que la mère de Guillaume nous aura rejoints.

 

Une fois arrivés à Longuyon, la joie se fait savoir , mais la fatigue aussi. Tout le monde était content de son voyage itinérant ! ( même Ghislain qui en a déjà effectué un certain nombre...) Pour quelques-uns, partir trois jours en roulant tous les jours présente des difficultés plus élevées qu’une sortie comme celles que l’on fait le dimanche matin. Mais le plaisir d'être ensemble, d'avoir découvert des paysages nouveaux rend tout le monde satisfait et certains parlent déjà d’en refaire les années prochaines !

Pour finir ce superbe week-end, nous boirons tous ensemble dans un bar afin de fêter notre arrivée et la réussite de notre voyage..



ce site a été créé sur www.quomodo.com