Semaine Fédérale de Sallanches en 1983

Semaine Fédérale de Saint-Ouen-l'Aumône en 1985

Semaine Fédérale de Guingamp en 1986

SF 83 à Sallanches: compte-rendu

Compte-rendu de G.Molitor


SAMEDI 23 JUILLET


Arrivée vers 16h. Beaucoup de monde à la permanence. Là, on reçoit tous les renseignements voulus. On me donne le programme détaillé de la semaine ainsi que des dépliants touristiques et en route vers les dortoirs. Il s'agit en l'occurrence d'un ancien hôpital, en service jusqu'en 1982.

Un peu de désappointement en pénétrant dans les chambres: des lits de camp style armée, un lavabo sans eau chaude,pas de prise de courant, un WC et une douche froide pour 5 chambres ( En fait, il y a des douches chaudes au rez-de-chaussée ). Nous trouvons des matelas entassés dans une chambre, mais seuls les premiers arrivés seront servis. Je partage la chambre avec un cyclo parisien de l'ACBE, cyclo chevronné qui a déjà participé à Paris-Brest-Paris et un séjour aux USA dans les Montagnes Rocheuses. Lui qui en est à sa 10ème SF trouve le confort un peu spartiate. D'habitude, selon lui, les cyclos sont mieux logés ( dans des dortoirs de lycées en général ).

Ceux qui sont sur les campings ne sont pas mieux lotis: pas d'arbres pour se protéger du soleil, certains sont sur des cailloux...

Enfin nous ne sommes pas venus pour passer la semaine sur des matelas, alors attendons lundi pour voir les circuits qui nous ont été préparés...

Côté repas: ils se feront sous un immense chapiteau et seront plus que corrects, variés et le service sera relativement rapide.

Il convient de souligner, et ceci est très important, l'excellente ambiance qui a régné tout au long de la semaine.


DIMANCHE 24


Journée libre. Les cyclos continuent à arriver. Ceux qui sont déjà installés partent sur les routes avec leur machine. Je vais tester mes possibilités en montagne et je jette mon dévolu sur le col des Aravis, via Megève. Le dénivelé, pour 37 km, est pour moi assez impressionnant ( 1140m ), mais comme R.Turello m'a monté un triple plateau, ce sera pour moi l'occasion de m'en servir.

Montée prudente, mais finalement sans trop de difficultés. Une photo au sommet pour me souvenir de mon premier col, et retour par la même route. Longue descente grisante. Je croise beaucoup de cyclos qui ont eu la même idée que moi.

L'après-midi, nous assistons à l'arrivée devant la permanence d'une trentaine de cyclos participant à un 1000km Audax Paris-Sallanches.


LUNDI 25


Voici le début des festivités. 5 circuits sont proposés, leur distance varie de 48 à 143km, leur dénivelé de 100 à 1400m. Je choisis le 4ème car la semaine sera longue et il ne faut pas gaspiller trop de forces au départ.

Beaucoup de cyclos sont déjà partis quand je m'élance à mon tour. De grands groupes sur les routes, les automobilistes devront faire preuve de patience et de compréhension pendant une semaine. Mais la presse locale les a largement sensibilisés, je ne verrai aucun automobiliste vitupérer contre nous. De notre côté nous avons reçu des conseils de prudence à la fois pour notre sécurité et pour montrer l'importance et le sérieux de cette organisation.

Le col de Jambaz est monté assez facilement. Des boissons sont servies au sommet où règne une joyeuse animation. Un dernier effort pour atteindre le col de Terramont et c'est la longue descente vers Findrol ( 22km ) avec des débuts de crampe dans les mains à force de freiner.

A Saint-Laurent, un repas froid nous attend à la salle des sports. Il est vraiment le bienvenu.

Puis retour vers Sallanches. De nombreux cyclos, prenant leur temps, font la sieste ou piquent-niquent au bord de la route.


MARDI 26


4 parcours sont proposés, de 33 à 102km, dénivelé de 275 à 1820m. Je choisis le 3ème.

La montée vers le Plateau d'Assy se fait pratiquement à froid et fait souffrir pas mal de cyclos.

Un sandwich à Chedde et en route vers la 2ème difficulté du jour: la montée vers l'église de Notre-Dame de la Gorge. De nombreuses fontaines permettent de remplir les bidons, nous en trouverons d'ailleurs beaucoup au cours de nos randonnées.

Après Saint-Gervais, 2 cyclos, remarquant mon allure régulière et assez facile, se collent à ma roue; mal leur en a pris... Trois km plus loin, ils abandonnent brusquement et sont lâchés...

Plus tard, à Combloux, en m'arrêtant à une fontaine, je rencontre Mme Rivière et son fils, du club de Longwy ( Mr Rivière en est le président ). Celui-ci fait le grand parcours avec leur fils aîné.

A Cordon, vue magnifique sur le Mont-Blanc.

Descente vers Sallanches dangereuse car pentue et gravillonnée. Le jeune Rivière fera d'ailleurs une chute, mais sans trop de gravité.


MERCREDI 27


5 parcours, de 32 à 126km, dénivelé de 340 à 2000m.

Unique difficulté du parcours, le col de la Ramaz ( où le Tour de France est passé il y a un ou deux ans ) se révélera très 'pointu'. Beaucoup de cyclos le monteront en partie à pied. Pour ma part, je devrai utiliser pour la première fois mon 32 dents. Deux haltes seront nécessaires, j'en profiterai pour prendre des photos car le cadre est magnifique.

Ce sera pour moi le col le plus difficile de cette Semaine Fédérale.


JEUDI 28


Journée pique-nique à Combloux, à 18km. La distance peut sembler courte, mais ça grimpe assez fort. Quelques cyclos montent à pied, d'autres sont tout simplement venus en voiture.

En arrivant, on nous donne un pique-nique copieux ( nous l'avons bien mérité ! ), mais les boissons proposées en supplément sont vendues à des prix prohibitifs. Mais, et ça c'est gratuit, nous avons droit à un panorama magnifique sur la Chaîne du Mont-Blanc.

Quand je redescends vers 14h, d'autres cyclos continuent à arriver.

Journée appréciée de tous.


VENDREDI 29


5 parcours au pays du Reblochon, de 23 à 120km, dénivelé de 15 à 2440m.

Quand je démarre, à 8h, certains cyclos, voulant passer les cols avant les grosses chaleurs, roulent déjà depuis 2h... Beaucoup de monde sur la route, en cette fin de semaine les cyclos commencent à opter pour les grand parcours. Le col des Aravis que j'ai déjà emprunté dimanche est de nouveau grimpé assez facilement. Puis c'est la plongée sur La Clusaz où l'on peut se procurer quelque ravitaillement.

La montée vers le col de la Colombière est déjà plus difficile car la chaleur commence à se faire sentir.

Sur la pente dénudée du col, on aperçoit très loin là-haut des maillots multicolores de cyclos, on mesure alors toute la distance qui reste à parcourir. Et si on regarde vers le bas, on en voit qui entament seulement la montée; on est finalement satisfait de ce que l'on a déjà grimpé...

Contrairement aux autres jours, on ne trouve pas de fontaines aussi l'eau distribuée au sommet par des cyclos de Sallanches est appréciée; mais comme derrière nous il y a encore beaucoup de monde dans la vallée, on ne nous en donne que parcimonieusement...

Puis c'est la descente rapide – très rapide – sur Blanzy, puis retour tranquille vers Sallanches.


SAMEDI 30


Dure journée que cette dernière journée car sur le 4ème parcours figure le col de Joux-Plane, col rendu célèbre par le Tour de France et je ne veux pas manquer ce col de prestige.

4 parcours sont proposés, de 50 à 133km et de 539 à 2245m de dénivelé.

Des cyclos partent vers Cluses ou même Taninges en voiture avec le vélo sur le toit. Nous en verrons même quelques-uns effectuer l'ascension vers Les Gets de cette façon. Ils diront peut-être qu'ils ont 'fait' le Joux Plane mais sans préciser qu'ils l'ont seulement descendu... Pas très sportif cela !

Bien des cyclos laissent des forces dans les premiers cols et arrivent assez éprouvés à Morzine. C'est ici que les choses sérieuses commencent: dès la sortie de la ville, un mur se présente à nous. Vite, le 32 dents est passé et je grimpe tant bien que mal. Si c'est comme cela jusqu'au sommet, ça promet ! Je double bien des cyclos qui continuent à pied. Un kilomètre après, les choses s'arrangent car la pente s'adoucit un peu ( tout est relatif bien-sûr... )

Quelques fontaines permettent à chacun d'étancher sa soif; on les voit de loin: si on distingue au lointain un rassemblement de cyclos, c'est qu'il y a de l'eau à proximité !

Derrière moi, un cyclo aux cale-pieds bloqués et ne pouvant plus avancer chute lourdement dans le fossé. S'il n'a rien, son vélo par contre est sérieusement abîmé, la randonnée s'arrête là pour lui...

La petite descente qui suit le col de Ranfolly fait croire que l'ascension est terminée, mais ça se remet à grimper pour arriver enfin au sommet de Joux Plane.

Terminé pour ce géant du Tour, je ne m'en suis pas trop mal tiré... Descente rapide sur Samoëns où nous retrouvons les cyclos participant aux circuits 2 et 3; beaucoup de monde donc sur la route.

Ravitaillement au cirque du Fer à Cheval, dans un cadre magnifique. Bien des cyclos font la sieste ou piquent-niquent en famille sous les arbres.

Après le petit col de Châtillon, nous prenons une petite route vers Arâches où a lieu le dernier contrôle. Route tranquille, étroite, pittoresque mais assez raide. Une pancarte destinée à nous encourager nous indique à un moment le contrôle à 5km. La chaleur aidant, ces 5km paraîtront interminables; il est nécessaire de poser plusieurs fois pied à terre.

A Arâches, un chapiteau nous attend, on nous y sert à manger et surtout à boire, juste récompense après les efforts que nous venons de fournir...

Les difficultés sont maintenant derrière moi, il ne reste plus qu'à se laisser glisser sur Balme puis à rejoindre Sallanches, ce qui sera fait à une allure très soutenue...





SF de Bourg-en-Bresse en 1987

SF de Rouen 1993

SF de Mer (Loire-et-Cher) 1994

ce site a été créé sur www.quomodo.com