Page 7 (1983)

 

Dimanche 22 mai


 Randonnée des vallées de la Meuse et de Semoy à Charleville.


18 participants qui s’aligneront soit sur 25 km, soit sur 50 km. Franc, arrivée la veille, fera 150 km.

Participants : famille Guillaume, Cauffman, Sponar, Turello, Molitor.


Commentaires :


Beau temps. Cette année, pas de jambon à l’arrivée, il a été remporté par un autre club.

Nous ramenons quand même plusieurs récompenses.


Lundi 23 mai 1983


Randonnée de la Moselle : Luxembourg, Allemagne et France.


159 km prévus, 165 km réels (à cause d’une déviation). Dénivelée : 1150 m.

Participants : Guillaume, Rémy, A. Latella, Molitor (responsable), D.Latella, Beaufort, Devleeschauwer.

Un circuit de 100 km était possible, mais tous ont voulu faire le grand parcours.


Départ : 7h de Longuyon. Trajet en voiture jusque Serrouville (504).


Itinéraire : Audun, Fontoy, Angevillers, Volmerange, Kanfen, Roussy, Rodemack, Mondorf, Schengen, Remich, Wormeldange, Crevenmacher, passage en Allemagne, Appach, Sierck, Cattenom, Hettange, Volmerange, Ottange, Aumetz, Serrouville.


Commentaires :


La randonnée, départ de Serrouville à 8h, le soleil, visible à Longuyon, se cache maintenant derrière des nuages pas très épais. Il fait frais, un seul randonneur est d’ailleurs en cuissard, et nous sommes pourtant fin mai ! Peu de circulation en cette heure matinale. Lionel a apporté son transistor et l’allume.


1er arrêt bienvenu à Rodemack, à proximité de remparts qui font appeler cette ville la Carcassonne de la Lorraine.

Passage de la frontière à Mondorf, station thermale où l’on rencontre déjà plus d’animation.

A Burmerange, la route est barrée (course auto), nous devons faire un détour de 4 km et atteignons les bords de la Moselle à Schengen.


A partir de maintenant, nous avons droit à 30 km de bonne route plate et fort pittoresque (la Moselle à droite, les vignobles à gauche). Nous faisons une longue partie de manivelles afin de rattraper le temps perdu. Difficultés pour trouver un endroit agréable où s’arrêter pour manger. Ce n’est qu’à 2 km de Grevenmacher, que se présente enfin à nous une aire de repos avec bancs, arbres, et dans un beau cadre. Chacun passe alors à table et Lionel étonne tout le monde par la quantité de ravitaillement qu’il sort de sa sacoche.


Une heure après, chacun étant repu, il est temps de repartir, d’autant que des nuages menaçants s’approchent.

A Grevenmacher, passage de la frontière allemande sans problème, très peu d’entre nous avaient leur carte d’identité.

Quelques kilomètres après, les nuages nous rattrapent, la pluie se met alors à tomber. Cela nous empêche de profiter pleinement des belles vues sur la Moselle, admirée de plus haut qu’au Luxembourg.


ce site a été créé sur www.quomodo.com